Felfel et ses frigos connectés débarquent en Suisse romand

23rd Feb, 2018

Foodtech. La société zurichoise ouvre un centre de dégustation mercredi prochain en plein cœur de Lausanne.

Fondée par Emanuel Steiner et sa femme Daniela en 2014, la société zurichoise ouvre un centre de dégustation mercredi prochain eu plein cœur de Lausanne.

Un Masala Chicken Curry, du Bœuf Terriyaki ou des Taglierini à la viande hâchée. Non, ce n’est pas le menu d’un restaurant. Mais les plats que proposait le frigo intelligent FelFel cette semaine. La start-up zurichoise, active dans le secteur de la Food Tech, se porte ainsi garante du manger sain et frais sur le lieu de travail. Comment? Avec son concept de réfrigérateurs connectés, qui propose des repas élaborés aux employés d’entreprises. Fondée par Emanuel Steiner et sa femme Daniela en 2014, la société zurichoise ouvre un centre de dégustation mercredi prochain eu plein cœur de Lausanne.

En quatre ans, 150 entreprises en Suisse ont choisi Felfel pour leurs collaborateurs. Ce qui constitue en tout près de 25.000 utilisateurs. Le concept est simple: Felfel installe simplement un réfrigérateur connecté chez ses clients et l’approvisionne quotidiennement avec un choix de petit-déjeuner, snacks, lunchs et boissons.

En somme, c’est la version luxe des frigos-distributeurs que l’on voit dans les gares. En plus joli (le frigo est gainé de bois). En plus profilé (dix chefs y livrent leurs plats). En plus sain (tous les plats sont préparés avec des produits frais). En plus performant (chaque appareil est relié à la centrale qui gère les stocks à distance).

En effet, chaque utilisateur a un badge qui lui permet d’ouvrir le frigo et d’en sortir les aliments et préparations qu’il veut. Ses consommations sont directement débitées de sa carte de crédit.

Côté prix, l’entreprise assure des montants avenants, à savoir 12 francs pour le plat le plus cher. Il y en a pour tous les goûts : végétariens, sans lactose, sans gluten… Tous sont étiquetés et datés. Et le badge est couplé à un compte qui permet au consommateur de voir en direct les disponibilités du frigo et même de calculer les calories de ce qu’il a acheté. «Nous sommes informés en temps réel du contenu de ses frigos et pouvons ainsi assurer un réapprovisionnement personnalisé, au plus près des besoins de chacun des clients» assure le CEO et fondateur Emanuel Steiner.

 

La fin des cantines d’entreprises?

Les plats sont cuisinés par des professionnels, appelés «Nos Food Scouts». Leurs influences et origines sont variées, et proviennent d’institut comme l’Ecole hôtelière de Lausanne. Avec cette offre de plats élaborés et accessibles, Felfel sonne-t-il le glas des cafétérias de bureaux?

«Nous nous percevons plutôt comme une offre complémentaire qui permet à chaque société, même les plus petites, d’offrir de la bonne nourriture à un employés et un environnement de travail plus agréable, du type de celui dont les employés de Google, par exemple, bénéficient. De grandes sociétés sont aussi nos clients car Felfel nécessite moins d’espace, est plus flexible et le menu est bien plus large que dans une cantine typique. C’est aussi beaucoup moins cher pour les sociétés qui ne pourraient pas s’offrir une “caféteria”.»

Felfel compte aujourd’hui 40 employés en Suisse et l’objectif est d’en avoir 60 d’ici à la fin de l’année. La start-up veut renforcer sa présence en Suisse romande avec cet espace de dégustation à Lausanne. Par ailleurs, elle compte déjà quelques clients prestigieux en Suisse romande, tels que Nespresso, L’Occitane, Alpiq ainsi que plusieurs banques privées genevoises. L’entreprise ambitionne de «devenir le premier fournisseur de nourriture fraîche au travail», et imagine une collaboration avec un grand chef romand, comme par exemple Denis Martin.

 

Article par Matteo Ianni au AGEFI 02/2018

Written By:

No description. Please update your profile.

Read More Posts by